Dans la tête d’un KimboCare enthousiaste

La rédaction d’AFFY est allée à la rencontre de M. Franck TIAMBO, Risk Manager dans un cabinet international basé à Zurich et Co-founder de KimboCare. Il nous partage avec grand plaisir son parcours professionnel depuis ses études en actuariat.

Franck Tiambo, Co-founder de KimboCare Source: KimboCare image

AFFY: Bonjour M. Franck TIAMBO. Nous sommes ravis que vous ayez accepté de nous accorder cette interview. Svp, pouvez-vous vous présenter à nos jeunes lecteurs ainsi que votre parcours académique? 

Franck: Bonjour chers lecteurs, Je suis Franck, marié et père de quatre enfants. J’ai un parcours académique d’ingénieur polytechnicien en mathématiques à l’école polytechnique fédérale de Lausanne suivi d’un master avancé en actuariat / gestion des risques de l’école Centrale de Lyon et de L’ISFA. J’ai réalisé toute ma scolarité jusqu’à mes 21 ans au Cameroun principalement au Collège Jean Tabi et au collège Adventiste durant mes études secondaires. Ensuite, j’ai obtenu un DUT en comptabilité et gestion à l’Université Catholique d’Afrique Centrale. 

AFFY: Qu’est-ce qui a motivé votre choix de filière?

Franck: Mon parcours académique suit intimement ma passion depuis le plus jeune âge de pouvoir soigner le plus grand nombre de patients. N’ayant pas pu devenir médecin, j’ai eu pour ambition de pouvoir offrir des produits financiers aux plus démunis afin qu’ils puissent s’offrir des soins de qualité. D’où les mathématiques pour apprendre les fondements de la logique et l’abstraction pour présenter simplement des choses complexes, ensuite l’actuariat afin de comprendre tous les risques sous-jacents aux produits d’assurance maladie.

AFFY : Vous travaillez dans les hautes sphères du monde de la finance en Suisse dans l’un des pays où siègent les plus importantes banques, institutions financières et organisations internationales. Quelles sont vos impressions sur ce type de société? Pensez-vous que ce soit un modèle à répliquer en Afrique?

Franck: Hautes sphères, c’est un peu exagéré (lol). Être en mesure de mettre les bonnes personnes avec les bons outils permet de renforcer la discipline de marché et permet d’atteindre le niveau d’excellence et de richesse générés par ces institutions. La bonne gouvernance reste un enjeu majeur pour plusieurs économies africaines et la capacité de pouvoir utiliser de manière efficiente et honnête les ressources pourrait être des pistes envisageables. Ceci étant dit, à mon sens, cela est peu productif de tropicaliser les réussites d’ailleurs, il faudrait à contrario construire nos propres solutions à partir de nos problèmes, de notre culture et surtout de nos valeurs ancestrales qu’il faudra impérativement acquérir de nouveau.

AFFY: Vous êtes par ailleurs co-fondateur de KimboCare. De quoi s’agit-il et quelles sont ses missions ? Qu’est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans ce projet?

Franck: KimboCare est une solution de santé numérique qui permet de payer les soins médicaux d’une personne qui n’a pas les moyens. Notre principale mission est de permettre à 30 millions de patients d’avoir accès à des soins de qualité à l’horizon 2030 afin d’apporter notre pierre à l’édifice aux objectifs de développement durable des Nations Unies. KimboCare vient d’une histoire personnelle vécue par ma sœur et moi-même lorsque nous essayions de payer les soins de santé de nos proches restés sur le continent. Nous étions confrontés à un manque de transparence, aucune certitude que l’argent ait été utilisé intégralement pour la santé d’où ce manque de qualité qui a mis en danger plusieurs fois la vie d’un cousin, d’un ami ou d’un parent. Grâce aux nouvelles technologies notamment la Blockchain, l’intelligence artificielle et l’internet des objets, KimboCare a su s’appuyer sur la forte utilisation du téléphone portable et la sélection rigoureuse des structures médicales de qualité pour apporter cette innovation majeure.

AFFY: Quelles sont vos perspectives pour les prochaines années ?

Franck: En seulement 14 mois effectifs d’opération en Afrique de l’Ouest, KimboCare fait partie des 25 meilleures startups innovant dans la santé numérique au niveau mondial selon le célèbre incubateur Galen Growth. Cerise sur le gâteau, KimboCare a mis en place des techniques avancées faisant d’elle, l’une des 27 startups innovantes dans la confiance numérique en Europe selon le programme Tech for Trust de la Trust Valley à Genève. Les perspectives sont donc fort réjouissantes cependant la pente reste raide et la route longue avant de pouvoir parvenir à nos objectifs. C’est pour cela que l’on exhorte toutes les forces vives du continent à apporter leur pierre à l’édifice aussi petite soit elle, elle aura de l’impact. Donc toi qui nous lis actuellement, ce sera un plaisir de te retrouver sur nos réseaux sociaux LinkedIn ou Facebook. N’hésite pas également à créer ton compte gratuit en 30 secondes sur app.kimbocare.com.

AFFY: Quel regard portez-vous sur le continent africain et sa jeunesse ?

Franck: Il y a que des éléments très positifs à souligner. On observe un réel changement de mentalité où la jeunesse du continent commence à comprendre qu’un hamburger n’est qu’un pain chargé à la viande (lol), elle commence à comprendre qu’à cœur vaillant rien n’est impossible, elle commence à être maître de son présent et de son futur tout en maîtrisant ses origines pré-coloniales voire pré-esclavagistes. Les valeurs telles que la solidarité intergénérationnelle et sociale ou encore l’optimisation des ressources vont être des valeurs pivots de la transformation mondiale au cours des deux prochaines décennies, la jeunesse africaine possède ces valeurs dans son ADN et pourra aux côtés des jeunesses d’autres continents défendre aussi bien ses intérêts que décupler ses ressources avec l’établissement des bons partenariats / alliances durables.

AFFY: Quels conseils donneriez-vous à un jeune africain qui a des aspirations entrepreneuriales mais fait face à de nombreux obstacles (sociaux, financiers…)?

Franck: Avoir la volonté de résoudre des problèmes cruciaux pour le plus grand nombre de personnes autour de soi avec des solutions simples et adaptées au contexte et à la culture locale. Ecouter activement, commencer petit, apprendre et s’adapter vite devraient faire partie de ton crédo de jeune entrepreneur. Enfin, construire une communauté de personnes aussi enthousiastes que soi et prêtes à te donner des retours constructifs, te permettra de convaincre toute banque, toute institution publique ou même tout individu à investir dans ton projet et ta vision. Une chose à ne point négliger dans ce contexte sanitaire difficile et de faire en sorte de rester en bonne santé par l’adoption des mesures de prévention idoines. Jeune entrepreneur et futur actuaire, je te souhaite une excellente santé en 2021 car le reste n’est qu’accessoire.

AFFY : Merci M. Franck Eric TIAMBO de nous avoir accordé de votre temps pour réaliser cette interview.

Retrouvez l’intégralité de cet article sur le blog AFFY